[Julio Cesar Lemes de Castro; J. C. L. Castro; Castro, Julio Cesar Lemes de; Castro, J. C. L.]

[Participação em eventos]

10ème Rencontre de la Société Internationale de Psychanalyse et Philosophie (SIPP)

Organização: Société Internationale de Psychanalyse et Philosophie (SIPP)
Local: Paris
Data: 5 a 7 de abril de 2018

Marché, jouissance et pulsion de mort dans la genèse théorique du néolibéralisme

CASTRO, J. C. L.; ABDOLLAHYAN, Y. A. F. ; FRANCO, F. L. F. N. ; MANZI, R. F.

Resumo: Le but de ce travail est de mettre en évidence qu’une tendance à promouvoir la jouissance, son excès, et la pulsion de mort se présente de façon déguisée dans la vision du sujet et de l’ordre du marché qui caractérise les penseurs néolibéraux et ses précurseurs théoriques. Dans ce texte seront analysés les concepts du sujet et de l’ordre de marché présents dans le libéralisme classique, l'utilitarisme et le marginalisme, afin de comprendre leur influence sur la doctrine néolibérale du XXe siècle. Dans Mandeville et Smith, c’est discernable une jouissance associée à l’intérêt matériel, une jouissance de la richesse et de tout ce qu’elle permet d’acquérir. Le marché, pour eux, est l’instance qui rend cette jouissance possible, et pour cette raison les contraintes sur le marché doivent être éliminées. L’utilitarisme se concentre sur la recherche du plaisir, ne réalisant pas que l’être humain est mû par éléments qui vont au-delà du principe du plaisir, selon le raisonnement freudien. Néanmoins, par voie indirecte, l’insistance utilitariste sur la maximisation du plaisir pointe vers l’excès et la jouissance, ici également par la médiation du marché. Le marginalisme, en associant la valeur à la satisfaction, et non au travail, fait ressortir l’importance de la consommation par rapport à la production. En outre, il contribue à souligner la centralité de la jouissance. La maximisation de l’interêt, de l’utilité, du plaisir, de la satisfaction, aboutit dans le néolibéralisme à la maximisaton du rendement. Le sujet néoliberal qui investit dans son capital humain cherche le rendement maximum (et la flexibilité du capital permet que la maximisation aille plus loin ici). Il jouit avec l’accumulation, la consommation, l’épanouissement personnel. La maximisation de la jouissance converge avec la fantaisie de la liberté du marché, tous les deux indiquant l’absence de limites. En conséquence, même si les auteurs libéraux et néolibéraux parlent d’un équilibre du marché, leurs doctrines favorisent l’excès de la part des agents du marché, ayant donc une connexion avec la pulsion de mort.

Palavras-chave: néolibéralisme, pulsion de mort, jouissance, marché.

Voltar à página de eventos

[Home] [Apresentação] [Formação] [Publicações] [Participação em eventos] [Links] [Links]